Derry

C’est “ça” aussi Derry !

Bill, Bev, Ben, Richie, Mike, Eddy et Stan…
J’ai découvert leur histoire en ayant à peu prés le même âge qu’eux.
Ce livre, « ça », fut une révélation. Le meilleur que j’ai lu.

J’ai attendu ensuite une dizaine d’années pour le relire.
Mon petit coffret en édition poche de 3 livres toujours planqué parmi mes reliques personnelles. Acheté avec mon petit argent de poche.
Le plaisir était intact quand je parcourais les lignes de mots dressées par Stephen King.
J’ai aussi admiré un bon nombre de fois le téléfilm qui lui fut consacré toujours avec une certaine passion. Toujours un succès à la télé celui là.
Ces enfances persécutées par de méchants abrutis sadiques, une ville hantée de vieux démons dont le pire, qui a créé Derry en quelques sortes, vit dans le sous-sol moisi.

Tout m’a fasciné là dedans et pris aux tripes.
J’en ai même fait une adaptation en bande dessinée avec mes personnages (que les puristes m’excusent) dans ma jeunesse.
L’histoire de ce club de « perdants » face à l’horrible clown ne m’a jamais quitté depuis le jour où j’ai ouvert le premier livre il y a tant d’années déjà.
C’est pire encore aujourd’hui d’y revenir car le temps a passé comme pour les personnages, et on peut toujours s’identifier à eux.

Et là j’apprends enfin que l’adaptation cinéma, que j’attendais tant depuis si longtemps, arrive enfin.
J’ai relu le roman avant l’été 2017 et tout est revenu.
L’émotion fut belle. Les souvenirs très beaux.
Le club des ratés et le monstre sont de retour.

J’ai emmené Suzanne le voir en salle. Il le fallait.
Comme le téléfilm (que j’aime), le film offre sa vision personnelle qui ne peut pas être totalement comme je l’espérais mais il m’a quand même plu. Le clown rempli bien son rôle et les enfants aussi. Même s’il n’est pas totalement fidèle au livre, je vous invite à le visionner. C’est un bon film d’horreur.

Mais je sais que rien n’égalera cette magnifique histoire d’enfants.
Le livre restera toujours et à jamais Le Livre.
Ce livre qui m’a toujours donné envie d’écrire et d’aller jouer dans les friches mortes malgré le danger.

Ouvrez bien les yeux et les oreilles.
Affûtez votre curiosité.
Passez un bon moment.

Fernand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *